22 octobre 2008

Les chiens aboient, la caravane passe.

N'allez pas croire là que je souhaite tomber dans la facilité avec des phrases toutes faites (ni que ma seule ambition consiste à sortir du lot et me faire remarquer à tout prix d'ailleurs...), mais ce proverbe est de loin mon préféré de tous les bons mots surannés que l'on peut dénombrer.

Parce que, celui-ci est le plus paradoxal et restera d'actualité à jamais.

Nous essayons tous de nous démarquer des autres  (donc oubliez ma première parenthèse, j'essaye de faire amende honorable). Quel que soit le domaine. Mais justement, ces autres, nous sont prétendument indifférents. Là, je sens poindre le malaise. Pourquoi vouloir se différencier à tout prix d'un groupe dont nous n'avons que faire ?

Il y a les personnes qui adoptent un mode de vie à part, voire marginal, disent ne pas avoir quoi que ce soit à faire des autres qui sont tellement conventionnels et conformistes. Placez ces mêmes personnes dans leur groupe d'appartenance et voici qu'est offert à nos yeux ébahis un véritable concours du plus original.

Changez le contexte, prenez un groupe d'appartenance plus important en nombre et des protagonistes particuliers comme par exemple la rédaction d'un magasine de mode, les collaboratrices de cette entité et bis repetita placent (oh, un autre mot facile, désolée).

Je pensais il y a une fraction de seconde avoir choisi la mode de manière tout à fait aléatoire, mais j'avoue mes faiblesses en disant que j'avais vraiment envie de le placer.

Ce que j'essaye de dire (de manière assez laborieuse j'en conviens) c'est qu'il est vain voire présomptueux de dire ou même de penser que l'opinion des autres ne nous intéresse et ne nous touche pas.

Je pense même cela nous dégrade la fierté avec un tisonnier laissé dans l'âtre de laisser les autres indifférents au point d'être prêt(e)s à pousser le bouchon trop loin (mea culpa...j'arrête les excuses et les parenthèses pour cet article car c'est peine perdue).

Sinon, pourquoi ce monde déborderait-il de tant de mouvances "extrêmes", provocatrices, décalées, originales, et j'en passe ?

Tout cela pour dire, surtout aux plus jeunes d'entre nous, que quoi que vous fassiez, faites-le bien, allez au fond des choses, et faites en sorte que votre grand intérêt pour l'opinion d'autrui ne vous pousse pas au point de vous planter une plume dans votre auguste postérieur, une manteau en poil de muppet sur le dos, juché(e) sur des stilettos aux talons faits avec de la bouse séchée sculptée avec des inclusions de pierres précieuses.

Et après tout, dites-vous bien que ce n'est que MA perception du ridicule...

Posté par Bulle de poison à 16:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les chiens aboient, la caravane passe.

Nouveau commentaire