23 octobre 2008

Passions

Ce soir l'insomnie s'est une fois de plus invitée à cause de mes satanés acouphènes, je vais donc parler un peu d'une de mes grandes passions. Je suis, comme je l'ai dit précédemment, quelqu'un qui a du mal à se stabiliser sur une ligne précise mais en revanche, je suis assez fidèle à mes passions.

Tout d'abord, je suis littéralement amoureuse de la nature dans toute sa complexité. Je m'émerveille d'un rien lorsque je suis dans un parc, une forêt, en pleine campagne ou au bord de la mer. Je peux rester des heures à m'extasier devant un oiseau, un hérisson ou une araignée qui tisse sa toile. Cela peut paraître enfantin aux yeux de certaines personnes mais je ne peux pas faire autrement, et je me complais dans ce perpétuel émerveillement.

Je m'intéresse tout particulièrement aux reptiles et aux arachnides. Ils ne m'ont jamais réellement effrayée mais profondément fascinée. Tant de beauté sur cette terre que nous gâchons sans aucun scrupule et surtout sans essayer de comprendre. Je tenterai de ne pas m'épuiser sur ce sujet mais je ne peux pas le promettre tant c'est un des moteurs de mon existence.
Pour moi, ces grands prédateurs sont superbes, ne se pressent pas, sûrs de ce qu'ils valent, tout en étant fragilisés par le dégoût et la peur qu'ils inspirent.
Car justement, à chaque fois que j'évoque cet intérêt profond et essentiel, les personnes ont souvent des réactions de dégoût ou d'incompréhension. Les gens me collent une étiquette d'originale mais je n'ai pas "choisi" de me passionner pour ces animaux par envie d'adrénaline ou de marginalité. Peut-être est-ce inconsciemment parce que ce sont des espèces mal-aimées, méconnues et taxées de torts qu'elles n'ont pas car ce ne sont effectivement que des animaux.

En amoureuse de la nature, il n'y a d'ailleurs rien que je déteste plus que l'anthropomorphisme. Nous attibuons à des animaux des codes, vertus et vices qui ne sont applicables qu'à nous-mêmes. Comment pourrait-on ainsi comprendre le monde qui nous entoure ?

Il n'y a pas besoin d'aller bien loin pour illustrer ce propos, tant les expressions de la langue française comprenant des noms d'animaux sont nombreuses.
Avoir une langue de vipère, perfide comme un serpent ... Même si le bestiaire des expressions n'est pas uniquement reptilien, c'est insensé comme notre langue fait passer mes protégés à écailles pour des êtres sournois, fourbes et j'en passe... Cela vient sans aucun doute de notre héritage judéo-chrétien mais cela me dépasse un peu de constater que ces vieilles croyances sont tenaces.

Lorsque, jour heureux, je me déciderai enfin à acheter un appareil photo numérique, je prendrai des photos de mes sorties et je les partagerai avec vous car je suis bien consciente que mes divagations ne suffiront pas à capter le regard sur ce carnet de bord.

Et puis il y a tant de choses que les mots ne peuvent pas décrire...

Posté par Bulle de poison à 02:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Passions

Nouveau commentaire